Bioshock Infinite

Kékecé ?

La saga Bioshock devrait vous dire quelque chose si vous êtes familier avec les jeux PC qui ont marqué ce millénaire. Sorti en 2007, le premier opus met en scène Jack, un personnage énigmatique unique rescapé du crash de son avion. Proche de la noyade, il parvient à se sauver en arrivant sur une petite île abritant une bathysphère. Désireux de ne pas mourir ici, il l’emprunte et découvre Rapture, la cité engloutie. Ce périple sera l’occasion de découvrir un environnement tantôt anxiogène, tantôt surprenant.

Rapture, la cité engloutie

Le mode de jeu est un FPS alternant entre armes à feu classiques et pouvoirs appelés plasmides. Pour la petite anecdote, j’ai eu le premier Bioshock pendant mon enfance lorsque l’on m’a offert la Xbox 360. J’ai de très mauvais souvenirs sur l’ambiance du jeu par ailleurs, mais je pense que j’étais simplement trop jeune pour supporter la pression à laquelle est soumise le joueur.

J’y ai rejoué quelques années plus tard, sur PC cette fois-ci. La mauvaise impression acquise pendant la jeunesse a vite été remplacée par la curiosité. Ç’aura été une très bonne expérience, et je comprends bien mieux la popularité et la ferveur de la communauté Bioshock. J’omets Bioshock 2 étant donné que je n’y ai jamais joué.

Mais revenons à nos moutons: le jeu dont il sera question dans la suite de cet article est Bioshock Infinite. Quelque fois considéré comme Bioshock 3 (à tort selon moi), l’univers se passe désormais de l’autre côté de l’horizon, autrement dit dans les airs.

Vous incarnez Booker Dewitt, un travailleur indépendant selon ses dires. Jeté dans la nature dès le début de l’intrigue, votre mission est simple: vous rendre dans Columbia et délivrer de l’enfermement une certaine Élizabeth. Cependant, il se rendra rapidement compte qu’il n’a pas été choisi par hasard pour sauver la damoiselle en détresse.

Je vous conseille de jouer à Bioshock Infinite avant de poursuivre votre lecture ;)

Booker, est-ce que vous craignez Dieu?

Pour préciser les choses, j’ai joué à Bioshock Infinite un peu par hasard, après avoir eu la mauvaise expérience sur le premier épisode. La première session de jeu, une heure, me laisse sur une bonne impression. On rentre rapidement dans l’histoire, sans véritable information sur Booker exceptés son nom et ses fréquentes réminiscences.

La deuxième fois fut la bonne. Le premier argument qui m’a fait revenir est que: C BÔ. Le contraste avec le monde clos de Rapture et la liberté de Columbia m’a clairement donné envie de prolonger l’odyssée de Mr Dewitt. En un week-end, j’ai repris l’aventure de Booker et l’ai terminée d’une traite. Juste après la fin du jeu, je suis resté plusieurs dizaines de minutes, les yeux dans le vide, en repensant à ce que je venais de vivre. Ça aura été une vraie claque dans le visage. Jusqu’à la dernière scène, l’issue de l’histoire a été incertaine pour moi (contrairement à l’omnisciente Élizabeth).

Malgré une expérience de durée moyenne pour un jeu vidéo, soit une petite vingtaine d’heures, je me suis énormément attaché à la relation Booker/
Élizabeth. Même si le lien entre eux est biaisé étant donné qu’ils sont père et fille, ce fut un énorme plaisir de les observer se redécouvrir pendant cette brève épopée.

Seule votre sens de la discrétion vous permettra de vous cacher de Songbird

Rejouer à Bioshock à l’Infinite

Après avoir fini l’intrigue principale, les DLC ont également été une très bonne surprise. Je n’ai pas pu en comprendre l’intégralité de l’intrigue comme Booker se rend à Rapture, l’univers des deux premiers opus.

Depuis, je rejoue occasionnellement à Bioshock Infinite car je prends beaucoup de plaisir à réaliser son speedrun. Je suis plutôt un mauvais runner, mais la run reste assez agréable par améliorable sur énormément de points. Je ferais peut-être un petit tutoriel pour expliquer les principaux tenants et aboutissants du speedrun.

Concernant la place de Bioshock Infinite dans la trilogie, mon cœur balance très clairement vers lui comparé à ses deux prédécesseurs. Je suis un peu déçu de la guéguerre entre Bioshock 1/2 et Infinite pour déterminer quel univers est le meilleur. Au contraire, je suis reconnaissant au studio 2K de m’avoir permis de découvrir deux merveilles.

Quoi qu’il en soit, j’espère que vous avez ou que vous aurez l’occasion de découvrir la trilogie Bioshock. Concernant l’ordre, il serait peut-être plus sage de les faire dans l’ordre, tout en gardant à l’esprit que le troisième n’a presque rien à voir.

 Merci à vous de m'avoir lu !

Ninja edit 16/04/2019: j’ai battu mon record pour le speedrun, passant ainsi sous la barre symbolique des 1h50 ! Je pense arrêter le speedrun de Bioshock pour le moment comme je doute pouvoir vraiment améliorer mon temps:

Classement Speedrun Bioshock Infinite

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire